LA FOLIE DES ANNÉES 80

LA FOLIE DES ANNÉES 80

Jean-Pierre MADER – Cookie DINGLER – WILLIAM du groupe DÉBUT DE SOIRÉE – Philippe DELAGE

 

 

Jean-Pierre MADER (chant, bass et ukulélé), Cookie DINGLER (chant, piano, harmonica),WILLIAM du groupe DÉBUT DE SOIRÉE (chant, guitare, percussions), Philippe DELAGE (chant, guitares).

LA FOLIE DES ANNÉES 80 est un spectacle très festif, d’une durée de 1H30, où l’on retrouve nos 4 vedettes chanteurs et musiciens (ce que les spectateurs avaient oublié). Ils jouent et chantent tous leurs succès des années 80, et quelques autres tubes énormes de la même période, POLICE, TÉLÉPHONE, etc…,

Bon plus sur bande, et l’un après l’autre, mais tous les 4, ENSEMBLE. Une ambiance « de folie » et humour garantis sur scène et … dans le public qui participe activement à la fête.

Description

LA FOLIE DES ANNÉES 80

Jean-Pierre MADER – Cookie DINGLER – WILLIAM du groupe DÉBUT DE SOIRÉE – Philippe DELAGE

Jean-Pierre MADER (chant, bass et ukulélé), Cookie DINGLER (chant, piano, harmonica),WILLIAM du groupe DÉBUT DE SOIRÉE (chant, guitare, percussions), Philippe DELAGE (chant, guitares).

LA FOLIE DES ANNÉES 80 est un spectacle très festif, d’une durée de 1H30, où l’on retrouve nos 4 vedettes chanteurs et musiciens (ce que les spectateurs avaient oublié). Ils jouent et chantent tous leurs succès des années 80, et quelques autres tubes énormes de la même période, POLICE, TÉLÉPHONE, etc…,

Bon plus sur bande, et l’un après l’autre, mais tous les 4, ENSEMBLE. Une ambiance « de folie » et humour garantis sur scène et … dans le public qui participe activement à la fête.

Programme indicatif

Antisocial (Trust), Argent trop cher (Téléphone), Bleu comme toi (Etienne Daho), Cette femme est un héros (Cookie Dingler), Disparue (Jean-Pierre Mader), En résumé en conclusion (Jean-Pierre Mader), Femme libéré (Cookie Dingler), Jalousie (Jean-Pierre Mader), Jeter l’encre (Cookie Dingler), L’an 2000 (n’est plus ce qu’il était) (Jean-Pierre Mader), L’aventurier (Indochine), Le cœur en exil (Emile et Images), Le jerk (Début de soirée), L’encre de tes yeux (Francis Cabrel), Les démons de minuit (Emile et Images), Les yeux revolver (Marc Lavoine), Macumba (Jean-Pierre Mader), Nuit de folie (Début de soirée), Outsider dans son cœur (Jean-Pierre Mader), SOS d’un terrien en détresse (Berger / Plamondon / Balavoine), Un été français (Indochine), Un pied devant l’autre (Jean-Pierre Mader)…

BIO ARTISTES

JEAN-PIERRE MADER

Après des études d’informatique poursuivies dans sa ville natale de Toulouse, Jean-Pierre MADER se tourne vers la musique en participant à différentes formations de rock en tant que bassiste et chanteur. On le verra aux côtés de Tangara, des Gaulois, d’ ils+2 et de Johnny and Co. Sa rencontre avec Richard Seff ainsi que le besoin de créer sa propre musique l’amènent à enregistrer dans les années 80 ses premières chansons et son premier album « Faux coupable » en tant qu’auteur compositeur interprète.

Rapidement, le succès est au rendez-vous :

De 1984 à 1992 plus de 4 millions de disques seront vendus avec une série de succès comme :
DISPARUE, MACUMBA, UN PIED DEVANT L’AUTRE, EN RESUME EN CONCLUSION, OUTSIDER, JALOUSIE.
Durant cette période, il donne plus de 300 concerts, dont l’OLYMPIA, qui affiche complet pendant trois soirs en mars 1987.
Son titre Macumba comptabilisera plus d’une trentaine de versions étrangères couronnant ainsi ses talents de compositeur à l’étranger.

En 1992, la société phonographique UNIVERSAL POLYDOR, lui propose la direction artistique du label aux côtés de Didier Varrod.
Désireux de se remettre en question artistiquement et de tenter de nouvelles expériences musicales, Jean-Pierre répond favorablement à différentes demandes d’artistes pour la production et les arrangements de leur album. Il réoriente alors sa carrière et devient un producteur réalisateur demandé.

Il produit les albums de Ute LEMPER (Espace indécent), Philippe LEOTARD (Je rêve que je dors), Michel FUGAIN (Plus ça va), le basque PEIO SERBIELLE et les voisins toulousains des FABULOUS TROBADORS (On the linha imaginot).
Parallèlement, il devient le conseiller de la ville de Toulouse pour l’élaboration et la construction du ZENITH (8 000 places).

En 2000, il produit Balamouk l’album des YEUX NOIRS pour le label EMI, en revisitant l’esprit tzigane et klezmer du groupe. Il assure également la production de l’album du ténor RUBEN VELASQUEZ pour Warner Classique.
En 2001, il participe avec son ami Georges Baux aux nouveaux albums de Bernard LAVILLERS et de CHRISTOPHE.
En 2002, il travaille sur celui de DICK ANNEGARN (Un’ Ombre).
En 2003, il produit l’album hommage autour de Serge REGGIANI (Victoire de la musique d’honneur) avec la complicité de Jane BIRKIN, Maxime LE FORESTIER, Bernard LAVILLIERS, JULIETTE, BENABAR, SANSEVERINO, Patrick BRUEL, etc.
En 2005, il réalise, entre Toulouse et Bruxelles, l’album du groupe bordelais CRESUS (Trouver le sens).
Jean Pierre MADER reste l’une des figures marquantes de sa génération.

Il triomphe depuis 13 ans dans tous les zéniths de France avec la tournée des années 80 (comptabilisant plus de 4 millions de spectateurs au total, avec 3 passages historiques au Stade de France).

On l’a vu au cinéma dans la comédie « Stars 80 » produite par Thomas Langmann où il joue son propre rôle aux côtés de Richard Anconina et de Patrick Timsit.

COOKIE DINGLER

Groupe strasbourgeois, Cookie Dingler n’est connu que pour une seule chanson, « Femme libérée« , sortie en 1984 et présente 18 semaines au Top 50.

La parolière de cette chanson n’est autre que Joëlle Kopf, professeure de lettres laquelle travaille également avec Zazie ou Patricia Kaas .
Ce hit remporte le prix de l’Union Nationale des Auteurs et Compositeurs décerné par la SACEM en 1984, récompensant notamment une présence de 18 semaines au Top 50.

« Femme libérée » a été reprise lors d’un concert des Restos du cœur en 1998 par Mireille Mathieu , Alain Souchon et Julien Clerc . Le groupe Soma Riba tente une reprise en 2005 en compagnie de DJ Fou.

Il chante « Faut pas rêver » l’année suivante, avec un un succès un peu moindre que « Femme libérée ».

Christian Dingler revient sur le devant de la scène en 2007 en participant à une tournée réservée aux artistes des années 1980.

Le cinéma : En 2012, Cookie Dingler participe au film «Stars 80», produit par Thomas Langmann. Il y interprète son propre rôle. Il réitère dans «Stars 80, la suite», film sorti à la fin de l’année 2017.

En décembre 2013, l’album live relance la machine.

La troupe parcourt la France en tous sens. En 2017, trente et une dates pour des concerts en France et en Suisse. Le public en redemande.

En avril 2017, Christian Dingler, strasbourgeois et européen convaincu, chante pour une Europe unifiée en adaptant « Femme Libérée » à l’occasion d’une rencontre avec le van du Parisien.

Pilier de la tournée Stars 80 depuis plus de dix ans, Christian « Cookie » Dingler enchaîne les shows, souvent diffusés désormais sur les chaînes nationales de télévision française.

En 2018, il sera donc sur scène avec la bande d’artistes des années 80.

WILLIAM PICARD (du groupe DÉBUT DE SOIRÉE)

Début de Soirée est un groupe pop d’origine française qui se forme en 1988 autour de deux amateurs de sons, Sacha Goëller et William Picard.

Les deux artistes, s’étant rencontrés dans le même genre de musique qu’est la pop, décident de fusionner leurs inspirations et de créer leur propre collectif. Ce qui va donner naissance à Début de Soirée, le commencement d’une aventure musicale.

Loin des projecteurs : Dj dans un club en Aix-en-Provence, William Picard se passionne de l’univers des sons. Tout comme Sacha Goëller qui, quant à lui, est directeur d’antenne dans une radio de Marseille. Même amour, même aspiration, tous deux décident de fonder leur propre groupe et en 1984, sortent un premier single intitulé « Nuit de folie ». Cette première sortie ne parvient pourtant pas à attirer l’attention.

William Picard et Sacha Goëller décident alors de sortir un nouveau disque baptisé « Mister Dj » en 1987, sous le nom de Yankee. Comme pour « Nuit de folie », le succès n’est cependant pas au rendez-vous et, encore une fois, cette sortie va passer inaperçue sur le plateau musical.

Loin d’être découragé, le duo décide toutefois de poursuivre sa route et, après avoir emprunté le nom de Début de Soirée, il ressort « Nuit de folie » en 1988 sur un nouveau 45 tours. Étonnamment, ce retour va entraîner le grand boum.

« Nuit de folie » : Produit par CBS Disques, « Nuit de folie » fait immédiatement des ravages auprès du public. Les sons pop minutieusement arrangés séduisant facilement les amateurs de musique, mais aussi les inconditionnels de pas de danses. L’année 1988 fut ainsi l’année du grand succès pour Début de Soirée. Une période lors de laquelle le single est diffusé sur plus de 70 émissions télévisées et résonne sur plusieurs ondes radios.

« Nuit de folie » fait également du bruit dans les charts et pendant plus de deux mois, il demeurera au n°1 du Top 50. Un succès fou qui sera accompagné d’une place de prestige dans les ventes d’albums, avec un chiffre considérable de plus de 1 500 000 exemplaires vendus. Ce qui va valoir un disque de platine et un double disque d’or au collectif.

Le succès de « Nuit de folie » permet également à Début de Soirée de confirmer son statut sur le plateau de la musique française. Désormais, le seuil de l’anonymat est franchi.

Les années 90 : Une année après « Nuit de folie », Début de Soirée sort « La vie la nuit ». Encore une fois, le succès est au rendez-vous et à peine sorti dans les bacs, le titre se hisse au sommet des charts.

Une vente de disques de 800 000 exemplaires est également enregistrée. S’ensuit la ballade « Jardins d’enfants » en 1989, puis « Chance » au cours de la même année. Début de Soirée enchaîne ensuite avec un single, « De révolutions en satisfactions », en 1991, que l’on retrouve dans l’album « Passagers de la nuit ». Un single « Tous les paradis » est également dévoilé au cours de la même année, suivi de l’album « Faut pas exagérer » en 1996.

Le titre « Nuit de folie » demeure sur les ondes et se retrouve même dans de nombreuses compilations et remix. Sacha Goëller décide ensuite de quitter le groupe en 2004. William Picard, accompagné de deux danseuses, va continuer l’aventure en solo. Deux best-of sortent en 2008 et 2009, «Nuit de folie» et «Best of de folie», de quoi faire patienter les fans, puisque le groupe se reforme.

«Stars 80» – Début de soirée intègre alors la tournée des stars des années 80 et participe au film produit par Thomas Langmann, «Stars 80», en 2012. Une expérience que le groupe réitère en 2017 pour «Stars 80, la suite».

PHILIPPE DELAGE

Guitariste et chanteur, il accompagne avec bonheur le groupe. Il s’est notamment illustré sur les tournées Stars 80 et le Musical We Will Rock You.

Liste devis

Pas de produits sur le bon de commande

Aller en haut