ZAO

L’énergie et l’ironie d’une légende africaine !

Zao, de son vrai nom Casimir Zoba, est un chanteur et percussionniste congolais né à Brazzaville le 24 mars 1953. Il commence sa carrière musicale en tant que membre d’une chorale chrétienne avant de rejoindre l’ensemble Les Anges en tant que percussionniste.

Zao est surtout connu pour ses chansons engagées telles que “Ancien combattant” qui dénoncent les ravages de la guerre en Afrique. Il a d’ailleurs dû quitter son quartier à Brazzaville en 1998 en raison de la guerre civile qui y sévissait. Le chanteur est également connu pour son style musical appelé “zaoïsme”, qui est une forme de jazz-fusion avec des influences traditionnelles africaines.

Zao chanteur congolais

ZAO

Un parcours inspirant dans la Musique Africaine

Zao est une icône de la musique congolaise, un éveilleur de consciences. Né le 24 mars 1953 à Goma Tsé-Tsé, un district de Brazzaville, Zao est un auteur-compositeur-interprète qui a marqué l’histoire de la musique africaine par son talent et son humour unique. Ses chansons, souvent caractérisées par des paroles pleines de satire et de commentaires sociaux, ont su captiver des générations entières. Il chante en Lingala, Lari, et Français.

Les Débuts

La passion de Zao pour la musique a commencé dès son plus jeune âge, influencé par son père, un grand amateur de sanza. Dès l’âge de 12 ans, Zao fait ses premiers pas dans la musique en rejoignant des chorales religieuses et des ballets traditionnels. Sa passion pour la musique ne cesse de croître au fil des années, le poussant à rejoindre divers groupes musicaux pendant son adolescence.

Percée et récompenses

En 1973, Zao intègre l’ensemble Les Anges en tant que percussionniste et commence à se faire un nom sur la scène musicale congolaise. En 1982, il reçoit le prestigieux Prix Découverte de Radio France Internationale grâce à son titre “Sorcier ensorcelé”. Ce prix marque le début d’une série de succès pour Zao, dont le style humoristique et provocateur séduit un large public.

En 1983, il remporte le Prix de la meilleure chanson au Festival des musiques d’Afrique centrale avec “Corbillard”, une chanson qui aborde des thèmes sensibles avec une pointe d’ironie.

Évolution artistique et reconnaissance internationale

Le premier album de Zao, “Ancien combattant” sorti en 1984, contient le morceau éponyme qui devient rapidement un tube. La chanson antimilitariste dénonce les ravages de la guerre sous un angle burlesque, ce qui différencie Zao des autres artistes de l’époque.

Zao s’installe temporairement à Paris dans les années 1980, où il continue de sortir des albums à succès tels que “Soulard” (1986), “Moustique” (1988) et “Patron” (1989). Il se produit dans de nombreux clubs parisiens et des festivals renommés, renforçant ainsi sa renommée internationale.

Retour et engagement social

Malgré son succès en Europe, Zao reste profondément attaché à sa terre natale. En 1998, en plein conflit civil au Congo, il est contraint de quitter Brazzaville. Cette période difficile influence profondément sa musique et son engagement social. En 2000, il sort “Renaissance”, un album explorant des thèmes graves mais ne rencontre pas le succès escompté.

Années récentes et héritage

Zao continue de se produire et de contribuer à la scène musicale africaine. En 2006, il sort “L’Aiguille”, un album qui mélange sérieux et humour, marquant un retour triomphal sur la scène. En 2007, il participe à plusieurs festivals internationaux et continue de porter haut les couleurs de la musique congolaise.

En 2014, il fête ses 35 ans de carrière et reçoit les insignes de commandeur de l’Ordre du mérite congolais. Son influence s’étend même à des artistes internationaux comme Stromae, qui le cite parmi ses inspirations.

Zao reste une figure emblématique de la musique africaine. Son humour, sa satire, et son engagement social en font un artiste unique dont l’œuvre continue de résonner. À travers ses chansons, Zao a su capturer l’essence des défis et des joies de la vie africaine, laissant un héritage indélébile pour les générations futures.

Zao chanteur congolais
Zao chanteur congolais
Zao chanteur congolais

RADIO / PRESSE, ON EN PARLE

” Zao, son rire débonnaire, ses yeux qui tourneboulent, sa gouaille truculente, ses mots gourmands de néologismes. Zao, dont la verve et l’humour ont fait se gondoler et se déhancher des générations dans les années 80 sur les thèmes de la guerre et de la mort… Zao, l’antimilitariste forcené, interprète d’Ancien combattant, tube incontesté de la musique africaine, nous manquait. La langue toujours bien pendue. De la folie des guerres au juteux business du foot en passant par l’inspiration de la Bible, le chanteur congolais a son mot à dire.” Frédérique Briard de RFI

“Le chanteur ZAO du Congo Brazzaville contribue  à la prévention contre les moustiques par ses chansons humoristiques. (…) Avant tout, c’est l’humour qui caractérise le style de Zao. Mais plus qu’un simple amuseur, Zao est un révélateur des maux et des problèmes de son continent. Par le biais du rire et de l’ironie, il fait passer un message politisé et profondément ancré dans son époque.” Franceinfo

“30 ans après Ancien combattant, vous enfilez à nouveau l’uniforme du combattant. Pourquoi ? Zao : C’est le monde qui me motive. Dans ce monde en mouvement, c’est toujours la raison du plus fort qui prime. Il y a eu le Katanga, l’Angola, et ces nouvelles guerres. Je voulais faire un clin d’œil à l’ancien combattant car il ne faut pas oublier qu’il y a eu beaucoup de foyers de tension. Et j’en ai marre de la guerre qui fait tant de dégâts, de voir ces jeunes qui s’embarquent dans ces conflits comme un amusement. Ils prennent les armes comme si c’était des jouets de Noël ! En tant qu’artiste, je ne peux pas rester les bras croisés et la bouche muette. Je dois essayer d’attirer l’attention de ceux qui veulent bien m’écouter. Les artistes ne sont pas des pyromanes. Bien au contraire, on joue le rôle du pompier. Si je touche quelques cœurs, je contribue aussi un peu à la paix. Le nucléaire nous guette, les armes chimiques, et comme le monde est devenu fou, on peut être surpris un jour tel que c’est parti…” Marianne

VIDEOS

VIDEOS

PROGRAMMES PROPOSÉS

RÉFÉRENCES CLIENTS

RADIOS ET TÉLÉVISIONS

FESTIVALS

AWARDS

BIOGRAPHIES

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES

Nombre artistes :

 

Nombre techniciens :

 

Durée prestation :

 

Technique son incluse :

 

Oui
Format scène minimale, largeur, profondeur, hauteur (m) :

Pays départ :

 

France – FR

Ville départ :

 

Paris

Coût / Km (€) :

 

Instruments utilisés :

 

Backline nécessaire :

 

Autres idées