Description

MAXIME LE FORESTIER (nom d’artiste de Bruno Le Forestier), né le 10 février 1949 à Paris, est un auteur-compositeur-interprète français.
Son père est d’origine (ou de nationalité ?) britannique ; sa mère française a vécu un certain temps en Angleterre. Ils ont eu deux filles avant Bruno, notamment Catherine (1946).

Bruno Le Forestier fait ses études secondaires au lycée Condorcet.

Au cours des années 1960, MAXIME LE FORESTIER forme un duo avec Catherine, empruntant quelques chansons à Georges Moustaki avant même que ce dernier ne les chante lui-même (Le facteur, La ballade de nulle part). Serge Reggiani interprète en 1968 une de ses compositions : Ballade pour un traître. C’est durant cette période qu’il adopte le prénom de Maxime. Il sort son premier 45 tours en 1969 avec : Cœur de pierre, face de lune et La Petite Fugue.

Au début des années 19701, il fait son service militaire dans les troupes aéroportées, au 13e Régiment de dragons parachutiste de Dieuze2, puis dans d’autres unités.

En 1971 sort son plus grand succès : San Francisco. En 1972, il fait la première partie de son idole Georges Brassens et propose son premier album Mon Frère suivi l’année suivante par Le Steak. Cette même année 1973, il profite d’une prestation à l’Olympia pour enregistrer un album « Live ». En 1974, il compose le générique de la série d’animation jeunesse « Le Roman de Renart ». En 1975, il est co-auteur et compositeur, avec Colette Magny et la chanteuse Mara, d’un album en solidarité avec les victimes de la dictature militaire au Chili intitulé Un peuple crève. En 1976, il écrit et compose la musique et la chanson générique du film L’Amour en herbe.

En 1979, MAXIME LE FORESTIER inaugure le premier d’une série d’albums de reprises de Brassens, enregistré en public. En 1980, il entame une tournée dans toute la France avec Graeme Allwright, dont sa sœur, Catherine Le Forestier, assure la première partie sous le nom d’Aziza. Les bénéfices de cette tournée iront à l’association Partage pour les enfants du Tiers-Monde. Le concert au Palais des Sports de Paris donna lieu à la publication d’un double album où paraissent Marcel Azzola et le groupe malgache qui travaillait avec Graeme Allwright à l’époque. Outre leur répertoire respectif, ils interprèteront Georges Brassens. Il compose également pour la chanteuse Anne Sylvestre la musique de la chanson Le petit caillou des rêves.

Après quelques années de traversée du désert durant lesquelles MAXIME LE FORESTIERl compose pour Julien Clerc, après les succès mitigés de ses précédents albums, il obtient un nouveau succès en 1987 avec Né Quelque part, suivi par l’album incluant ce dernier titre ainsi qu’une reprise qu’il popularise : Ambalaba, une chanson du ségatier mauricien Claudio Veeraragoo. Il sort d’autres albums en 1991 (avec notamment Bille de Verre), 1996 (album Passer ma route incluant une nouvelle version de La petite fugue, Raymonde, Chienne d’idée) et enfin l’Écho des étoiles en 2000 (avec L’homme au bouquet de fleurs). Il s’engage pour des causes caritatives (Partage, les Enfoirés, Sol En Si) dès les années 1990. Il écrit et compose les chansons du spectacle musical Spartacus le Gladiateur, mis en scène par Elie Chouraqui au Palais des Sports de Paris à l’automne 2004.

MAXIME LE FORESTIER sort un nouvel album intitulé Restons amants au printemps 2008. Il en écrit l’intégralité des paroles, dont deux mises en musique par Julien Clerc, qui avait fait de son texte Double Enfance un grand succès deux ans auparavant. La tournée qui en découlera sera un succès et un périple de presque deux ans sur les routes. Un enregistrement public reprenant l’intégralité du tour de chant est sorti le 1er juin 2009 sous le titre Casino de printemps. Y figurent ses plus grands succès, la plupart des titres de son dernier album et quelques reprises de succès écrits pour d’autres (Julien Clerc et Gérald de Palmas). À cela s’ajoute des chansons de Georges Brassens et un hommage à Serge Reggiani avec Histoire grise, une chanson qui lui était destinée à l’aube de sa mort.