Description

FLORENT PAGNY commence sa carrière d’artiste comme acteur au cinéma ainsi qu’à la télévision. Barman dans une boîte du quartier des Halles, il est repéré par Dominique Besnehard et apparaît dès 1981 dans des petits rôles, notamment dans La Balance, L’As des as, L’Honneur d’un capitaine, Fort Saganne, Inspecteur la Bavure, Les Surdoués de la première compagnie et La Chaîne.

En 1987, FLORENT PAGNY écrit sa première chanson, N’importe quoi, plaidoyer contre la drogue produit par Gérard Louvin qui est un grand succès (14 semaines à la première place du Top 50)

L’album Rester vrai (1994), dont il a écrit cinq titres, marque un renouveau : Jean-Jacques Goldman lui compose, sous le pseudonyme de Sam Brewski trois chansons (dont le succès Si tu veux m’essayer) et lui présente de nouveaux collaborateurs. L’album franchit la barre des 300 000 exemplaires (disque de platine). Bienvenue chez moi (1995) et la semi-compilation qui suit, lui permet de renouer vraiment avec le succès avec près de 2 millions d’exemplaires écoulés[4]. Florent Pagny y reprend Caruso de Lucio Dalla et Oh Happy Day. Sa tournée en 1996 est un réussite avec un passage au Zénith de Paris et à Bercy

FLORENT PAGNY décide de ne plus écrire ses chansons et d’être simple interprète. Sa stratégie est couronnée de succès. Pour son nouvel album en 1997, Savoir aimer, Florent Pagny fait appel aux compositeurs du moment, Goldman, Erick Benzi, Jacques Veneruso, et à un nouveau compositeur, Pascal Obispo, qui lui signe Savoir aimer avec Lionel Florence. Ce premier single a un succès immédiat tout comme l’album, salué par la profession qui lui décerne une Victoire de la musique de l’artiste interprète masculin remise le 20 février 1998.

Après un album live, FLORENT PAGNY sort un album de reprises, en 1999, RéCréation. De Jolie môme à Antisocial, il mélange les genres sur des arrangements technos.

FLORENT PAGNY alterne alors les albums originaux et de reprises (du moins en partie) en changeant régulièrement de look et de style musical : Châtelet Les Halles, en 2000, dont la plage-titre est signée par Calogero ; 2, un album de duos, en 2001 ; Ailleurs land, en 2003, dont le premier extrait signé Obispo-Florence traite de ses problèmes avec le fisc (Ma liberté de penser) et, enfin, en 2004, un album issu du répertoire lyrique, Baryton. Artiste apprécié d’un large public, Pagny connaît un succès régulier.

En 2006, son album Abracadabra est le premier depuis 1997 à ne comporter aucune chanson écrite par Pascal Obispo. Pagny se tourne davantage vers des auteurs comme Daran.

FLORENT PAGNY sort en 2007 un album de reprises de Jacques Brel intitulé Pagny chante Brel. En novembre 2008, il sort De part et d’autre, triple best-of comprenant 49 chansons dont 4 inédits. Il enregistre ensuite en Floride l’album C’est comme ça (2009) qui, comme son titre ne l’indique pas, est entièrement en espagnol.

Parallèlement à sa carrière de chanteur, FLORENT PAGNY essaye de revenir à la comédie. Après un premier rôle en 1999 dans Tom est tout seul, il ne revient au cinéma qu’en 2003 dans le film Quand je vois le soleil avec Marie-Claude Pietragalla.

Pour l’album Tout et son contraire en 2010, Florent Pagny fait de nouveau appel à Pascal Obispo avec qui il chante en duo Je laisse le temps faire.